Jojo Rabbit

Attention, potentiels spoilers !

Aujourd’hui, on part au coeur de l’Allemagne nazie durant la seconde guerre mondiale. On y rencontre Jojo, jeune garçon de 10 ans, apprenti nazi en carton qui découvre que sa mère cache une jeune fille juive dans sa maison.

Synopsis

Jojo est un petit allemand solitaire. Sa vision du monde est mise à l’épreuve quand il découvre que sa mère cache une jeune fille juive dans leur grenier. Avec la seule aide de son ami aussi grotesque qu’imaginaire, Adolf Hitler, Jojo va devoir faire face à son nationalisme aveugle.

Source Allociné

Mon avis

Ce film est totalement à prendre au second degrès. Il ne s’agit pas ici d’un film dramatique mais qui rentrerait plutôt dans la lignée de La Vie est Belle et qui arrive à traiter ce sujet douloureux d’une façon plus légère sans perdre l’émotion ni la réalité que cette période implique.

Jojo, 10 ans, a une idée totalement faussée du nazisme. Il ne sait clairement pas ce que c’est et à la tête bourrée d’idées complètement farfelues concernant les juifs insufflées par ces abrutis (pour ne pas dire connards) de nazis (de merde). Il est donc complètement perdu et apeurée lorsqu’il découvre qu’une jeune fille juive se cache chez lui.

Il va d’abord être réticent à abriter cette fille. Mais ils vont finir par s’apprivoiser et il va se rendre compte que tout ce qu’il sait sur les juifs est complètement faux et stupide. Et ce film est vraiment beau car toute la gravité du sujet de l’holocauste est un peu mise de coté pour mieux montrer son absurdité totale. C’est notamment dû à l’ami imaginaire de Jojo qui n’est autre que ce connard d’Adolf Hitler et qui nous apporte des moments comiques et d’allégresse lorsque Jojo finit par s’en affranchir.

En bref

Un film qui témoigne de cette dramatique période mais avec une certaine légèreté dû à l’innocence de Jojo. Des acteurs vraiment supers et une histoire vraiment touchante.

Ma note : 17/20

 

2 réflexions sur “Jojo Rabbit

  1. « Jojo Rabbit » de Taika Waititi…
    Ouille, ouille, ouille! Où est-ce que je suis encore tombé? Mais qu’est-ce que c’est que ce nanar? Et puis, je comprends vite, je suis tombé sur un émule de Wes Anderson. On a l’impression de se retrouver dans « Moonrise Kingdom », c’est-à-dire dans du pseudo-poétique, du pseudo-burlesque, du pseudo-surréalisme, du pseudo-tout ce que vous voulez. Et là, je crois que je vais quitter la salle, tant je suis allergique à ce cinéma-là, qui cherche à embarquer le public dans une pseudo-complicité, dans un snobisme redoutable…
    Bon, je suis resté, mais ça ne s’est pas vraiment arrangé…
    Si l’on comprends bien, il s’agit de la solitude d’un jeune Allemand pendant la seconde Guerre mondiale. Il vit avec sa maman et il a un copain. A l’ouest, les Ricains arrivent, à l’est, ce sont les Russkofs. Et ça pète de partout. Le petit garçon se crée un monde imaginaire bien à lui pour échapper aux horreurs de la guerre, avec un Hitler de pacotille, personnage a priori burlesque… Il y aussi une jeune juive planquée dans le placard et tout est à l’avenant. Bref, on comprend que la guerre, c’est terrible et que le pamphlet est résolument anti-nazis. Euh, oui, sans doute, mais peut-être y avait-il d’autres moyens de le dire…
    En tout cas, perso, je n’ai pas accroché du tout, je ne suis pas du tout entré là-dedans!
    Encore une fois, à réserver aux fans de Wes Anderson…

    Aimé par 1 personne

Laisse moi un petit mot :)

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s